Aller au contenu principal

Technologies de nos imprimantes 3D

Les imprimantes papier peuvent être laser ou à jet d’encre. Les imprimantes 3D ont, elles aussi, des technologies différentes.
Toutes les technologies suivantes reposent sur l’additive layer manufacturing. Cela consiste en la superposition de très fines couches de matière pour former un objet. Quelle que soit la technologie retenue, le principe est à peu près le même : une première couche de matière est déposée sur une plateforme qui va supporter l’objet. Une fois la première couche terminée, la plateforme se déplace de quelques centièmes de millimètres (cela dépend de la précision de l’imprimante 3D) et une deuxième couche est créée. Ce processus se répètera jusqu’à ce que l’objet soit terminé.
La technologie d’impression 3D est parfois appelée "fabrication additive" en raison de sa méthode de fabrication d’objets par couches successives. C’est aussi par opposition à la "fabrication soustractive" qui représente la création d’objets telle qu’on la connait aujourd’hui : prendre un bloc de matériau et le découper pour créer l’objet en enlevant de la matière. On comprend ainsi qu'un des avantages de l’impression 3D est l’économie de matériau utilisé : on ne consomme que ce dont on a besoin.

 

 

 

Voici les technologies que nous commercialisons :

 

Dépôt de fil - FDM (Fused Deposition Modeling): c’est la technologie la plus courante pour les imprimantes 3D personnelles. L’imprimante va déposer de la matière grâce à un extrudeur. Pour cela, une bobine de fil alimente l’extrudeur qui alimente à son tour une buse qui va faire fondre et déposer la matière aux endroits nécessaires pour créer l’objet. La technologie a été développée par S. Scott Crump à la fin des années 1980 et a été commercialisée en 1990.

 

La technologie à dépôt de fil est la solution idéale pour :
  • Fabrication de modèles d'études en PLA, par exemple.
  • Fabrication de modèles d'études avec le PLA TM+ pour la création de gouttière par thermoformage.
  • Prototypage de test d'ajustement.
  • Fabrication d'objets en petite série (100 pièces par mois) avec des plastiques dits industriels ou composites.
  • Explosion de couleurs et choix de matières, comme par exemple le PLA et le PLA TM+ (plastique biosourcé qui offre de nombreuses possibilités, conçu en 2017).
    Voir boutique en ligne STORE 3D pour plus d'informations.

 

Quelques bonnes raisons de choisir la technologie à dépôt de fil :

  • Bonne précision, de 20 microns à 300 microns au niveau des couches (Axe Z) et 50 à 150 microns sur les axes X et Y.
  • Les pièces ainsi produites sont fonctionnelles dès la fin de l'impression.
  • Prix des bobines de filament de 1,75 mm ou 2,85 mm de diamètre compris entre 20,00 € HT et 35,00 € HT le Kg.

 

 

Stéréolithographie - SLA (Laser-based Stereolithography) / DLP (Digital Light Processing) : ces technologies reposent sur le principe de photo-polymérisation. Une résine photosensible va se polymériser, c’est à dire que ses molécules vont se lier entre elles, sous l’effet d’une impulsion lumineuse (laser UV ou projecteur avec lampe UV) et ainsi se solidifier couche après couche. La lampe UV projette une image d'une coupe transversale de l'objet tandis que le laser va parcourir toute la surface de cette image. Ce procédé est ainsi répété image par image, jusqu'à l'obtention de l'objet.

 

La technologie DLP est la solution idéale pour :
  • Utilisation plus adaptée aux prothésistes dentaires.
  • Produire des pièces de moulage en imprimant les objets avec une résine spécifique, dite "calcinable" (procédé de la cire perdue).
  • Fabrication de guides chirurgicaux, armatures amovibles, etc...
    Mais attention au choix des résines utilisées car elles ne sont pas toutes qualifiées classe I (essais en bouche) ou classe IIa (port permanent).

 

Quelques bonnes raisons de choisir la technologie résine DLP :

  • Précision de finition, surfaces lisses et réalisation géométrique supérieure.
  • Vitesse de fabrication 10x plus rapide que la technologie SLA (laser UV).
  • Plus vous imprimez d'objets en simultané plus le gain de production est exponentiel, c’est-à-dire qu’il y a une notion de volume d’impression.

 

Ces différentes technologies de l'impression 3D "Dépôt de fil et Stéréolithographie", dont les brevets sont tombés dans le domaine public en 2011 et en 2013, sont maintenant accessibles à de nombreux fabricants qui ont développé de nouvelles imprimantes 3D. Quelle que soit la technologie utilisée dans l’impression 3D, elle permet de répondre à de nombreux besoins dans le monde du dentaire avec un coût très compétitif.

 

Pour toute demande d'informations complémentaires ou devis : Contactez nous !
Appelez le : +33 (0)3.66.72.49.24 / +33 (0)6.95.48.47.32
Contatez nous